Thérapies cognitives comportementales : guide pratique

Ces dernières années, le taux des personnes en dépression s’est accru considérablement. Cette hausse est notamment due à toutes les exigences que nous impose la vie du XXIe siècle. Si cette maladie n’est pas traitée à temps, elle risque d’enclencher des conséquences graves allant jusqu’au suicide. Pour éviter ce drame, il y a la thérapie cognitive et comportementale. De quoi s’agit-il ? Et quels sont ses bienfaits sur le corps et l’esprit ?

La thérapie cognitive comportementale : qu’est-ce que c’est ?

La thérapie cognitive comportementale, connue sous l’abréviation TCC, a été appliquée pour la première fois vers les années 50-60. Ce sont alors deux psychologues : Aaron Beck et Albert Ellis qui la crée suite à la propagation des effets néfastes de la psychanalyse de Freud, basée sur le psychodynamique et le béhaviourisme. Cette dernière se penchait beaucoup plus sur des facteurs, hors de contrôle de l’individu et pouvait ainsi créer certains troubles de l’émotion. De plus, elle négligeait beaucoup la croyance et les pensées, qui sont des armes redoutables pour comprendre et soigner l’anxiété. La TCC a été donc lancée en vue de remédier à ce problème.

Par définition, il s’agit d’un type de thérapie, visant à soigner les maladies psychiatriques (phobie, dépression, TOC …), grâce à la modélisation des pensées et croyances. Selon les spécialistes de cette pratique, les pensées ont une force importante sur notre bien-être. Elles ont un effet très puissant sur notre comportement et peuvent donc dicter la façon dont nous agissons avec notre environnement. Si on veut se sentir bien, il faut adopter les bonnes attitudes, les bons comportements et surtout, des pensées positives. La thérapie cognitive comportementale consiste donc à cultiver cet état d’esprit par l’intermédiaire de nombreux exercices. Si vous voulez en savoir plus sur ce sujet, consultez ce site.

La thérapie cognitive comportementale : comment se déroule-t-elle ?

La TCC est un type de psychothérapie qui s’avère être très efficace et puissant. Néanmoins, avant de l’entamer, le thérapeute invite le patient à faire un diagnostic de ses symptômes. Cela permet notamment de comprendre son réel problème. En fonction du résultat, le thérapeute va appliquer différentes méthodes sur le patient. Cela peut s’agir de la pleine conscience, de la technique de relaxation, de la réorganisation cognitive, etc. Quoi qu’il en soit, le spécialiste va toujours procéder en fonction des besoins et des facultés de chaque individu. La TCC se fait donc cas par cas, et il n’existe pas un traitement spécifique pour chaque type de maladie.

Les séances de thérapie peuvent durer de quelques semaines à quelques mois, en fonction de l’évolution du malade. Une suivie post-thérapie est même effectuée, pour prévenir les éventuelles rechutes. En effet, il peut toujours arriver que le patient retombe dans la dépression, alors que le but de la thérapie est de créer un changement durable.

La thérapie cognitive comportementale : quels sont ses bienfaits ?

La TCC est l’une des psychothérapies les plus prisées aujourd’hui. Les bienfaits qu’elle apporte sont d’ailleurs non-négligeables.

Mis à part le fait qu’elle soigne les maladies psychothérapiques comme la dépression ou l’anxiété, elle améliore aussi la confiance en soi. Le problème avec les personnes qui souffrent de troubles psychologiques, c’est qu’ils ont une faible estime de soi. De nombreuses sources peuvent être derrière cette mal-être comme les insultes, les critiques, la perte d’un être cher. Mais dans tous les cas, elle empêche l’individu de s’épanouir et de s’affirmer. La TCC va remédier à ce problème en aidant le patient à se reconnecter avec soi-même, à s’aimer et à être plus confiant.

La thérapie cognitive comportementale est également un moyen pour lutter contre les addictions, sous toutes ses formes, que ce soit la toxicomanie, la dépendance comportementale ou l’addiction à certains produits comme les jeux ou le téléphone.

Pourquoi associer la spiruline à un régime ?
Comment fonctionnent les bagues dentaires ?